Aromathérapie : conseils pour bien démarrer

L’aromathérapie longtemps délaissée connait aujourd’hui un fort engouement. De nombreuses boutiques ouvrent leur porte en France mais également sur le net proposant un grand choix d’huiles essentielles. Néanmoins, l’utilisation des plantes et des huiles ne date pas d’hier. L’aromathérapie était très présente durant l’Antiquité et même bien avant puisque les aborigènes d’Australie utilisaient le Melaleuca ou Tea tree (Arbre à thé) il y a plus de 30 000 ans ! L’aromathérapie était très courante en Grèce, en Inde, en Egypte et dans le monde arabe. D’ailleurs, c’est un grand médecin arabe, Avicenne, qui a mis au point le premier alambic au Moyen-Age.

Mais c’est à René Maurice Gattefossé que l’on doit l’aromathérapie moderne. En effet, cet ingénieur chimiste a été victime d’une explosion dans son laboratoire en 1961. Il sera gravement blessé aux mains. Il eu l’idée d’appliquer l’huile essentielle de lavandin sur ses plaies car la cicatrisation ne se faisait pas naturellement. Résultat : les douleurs se sont estompées et ses brûlures ont cicatrisé rapidement. L’aromathérapie était née !

Comment obtient-on une huile essentielle ?

Pour obtenir une huile essentielle on utilise un alambic. Les végétaux sont placés dans une cuve avec de l’eau. Cette eau est chauffée et c’est grâce à sa vapeur que les molécules aromatiques sont extraites. Cette vapeur gorgée de molécules passe ensuite dans un tuyau. Une fois la vapeur refroidie l’eau est chargée d’huile essentielle.

On obtiendra 2 phases après décantation : 1 phase aqueuse : cela deviendra un hydrolat ou eau florale. Puis, 1 phase huileuse : cela deviendra l’huile essentielle.

Pour obtenir une huile essentielle d’agrumes, l’alambic ne sera pas utilisée. On pressera à froid les écorces car ce sont elles qui contiennent les molécules aromatiques.

Attention : les huiles essentielles d’agrumes fruits ou zeste sont photosensibilisantes, évitez de vous exposer au soleil les 12 heures suivant leur application.

Quelles sont les différentes voies et supports d’application ?

  • Voie cutanée : en massage, diluée dans une huile végétale. C’est la voie à privilégier car la diffusion est plus ou moins lente. Les huiles essentielles passent dans le sang et la circulation sanguine avant d’arriver au foie.  Une synergie de plusieurs huiles (toujours diluée dans une huile végétale) peut s’appliquer soit pour un problème spécifique sur un endroit ciblé du corps : contusion, entorse, piqûre, mal de tête…. soit pour soulager un état de manière plus globale : fatigue, asthénie cérébrale, manque de motivation …
  • Voie orale : en sublingual (en général 1 goutte dans 1 cc d’huile végétale, huile d’olive par exemple) ou sur un comprimé neutre.
  • Voie olfactive : (inhalation) à privilégier pour un effet immédiat mais court dans le temps, idéal pour les infections ORL. C’est une façon bien agréable d’utiliser les huiles essentielles. On profite de leurs bienfaits en créant une atmosphère délicate dans la maison..! Cette voie est contre-indiquée pour les personnes asthmatiques et épileptiques.
  • Voie rectale ou vaginale : uniquement avec un suppositoire (ou une ovule) préparé en pharmacie.
  • dans son bain : mélanger 1 goutte d’huile essentielle (ylang ylang par exemple, l’huile de la féminité à l’odeur subtile) dans un peu de gel douche et laissez-vous emporter pour un moment de détente.

Attention : il arrive que l’on soit allergique à certaines huiles essentielles. En cas de doute, faire un essai dans le pli du coude et attendre le lendemain pour s’assurer d’aucune rougeur ou irritation.

Comment bien acheter ses huiles essentielles ?

Il y a plusieurs facteurs qui doivent être mentionnés sur l’emballage :

  • le nom complet de l’huile essentielle en français et en latin
  • la précision de l’organe qui a produit l’huile essentielle (zeste, feuille, fleur, plante entière, …)
  • le chémotype (les noms des molécules chimiques doivent être précisés) : c’est la spécificité biochimique dont dépendent les molécules aromatiques qui dépend elle-même du biotope. Le biotope (milieu dans lequel le végétal évolue) tient compte du type de terrain, des conditions d’ensoleillement, de pluie …
  • la qualité (bio certifié Ecocert en France, ou non)

Plusieurs sites proposent des huiles essentielles, des magasins bios et les pharmacies. N’hésitez pas à vous informer auprès de celles-ci, le pharmacien pourra vous conseiller et les prix ne sont pas plus élevés.

 

Les huiles essentielles s’utilisent pour un large spectre de troubles :

  • ORL, respiratoires
  • Digestifs
  • Circulatoires
  • Cardiaques
  • Endocriniens
  • Nervosité, anxiété
  • Génitaux
  • Douleurs
  • Cutanés
  • elles accompagnent également en cas de cancer

Les huiles essentielles s’utilisent aussi :

  • en cuisine pour réhausser un plat
  • pour la maison
  • pour la cosmétique : peau, cheveux, corps
  • pour nos animaux domestiques

 

Attention cependant l’utilisation des huiles essentielles n’est pas anodine et dans certains cas il vaut même mieux éviter : femmes enceintes, allaitantes, enfants, personnes épileptiques, …..tout dépend de l’huile utilisée et de son dosage. C’est certes une manière naturelle de se soigner mais certainement pas douce ! Il est préférable de demander conseil à un professionnel.

8 Replies to “Aromathérapie : conseils pour bien démarrer”

  1. Salut Isabel,
    Je suis une fan des huiles essentielles, que ce soit pour un nettoyage naturel ou pour un bain chaud bien relaxant.

    Pour un désinfectant bio: remplir une bouteille vaporisante de vinaigre blanc avec 15 a 20 gouttes d’huile essentielle, ou plus si besoin est. L’idee est de masquer l’odeur du vinaigre. Personnellement, j’aime l’eucalyptus. Secouer la bouteille et voilà votre desinfectant fait maison, sans odeur toxique ❤️

    Pour un bain bio et bien relaxant: mélanger des sels d’Epsom avec quelques gouttes de votre huile préférée et voilà 👌

    1. Merci beaucoup pour ton partage ! J’aime bien ajouter aussi quelques gouttes d’huile essentielle pour nettoyer les sols.
      Bises

  2. Hello Isabel! Merci pour cet historique et cet éclairage sur les huiles essentielles! Je suis adepte moi-même et j’ai toujours chez moi, de la Gaulthérie pour les douleurs articulaires et musculaires. Le citron jaune pour la peau (hors soleil) mélangé à une crème de jour il l’éclaircit et la purifie (aussi en bain vapeur), et aussi pour le gâteau au citron! La menthe poivrée pour les rhumes sur un mouchoir papier ou en inhalation et pour assainir l’air. J’en passe mais ces trois sont pour moi essentielles, c’est le cas de le dire!!! Qu’en penses-tu? Bisou!

    1. Très bon choix ! Pour la peau tu peau ajouter dans une crème de l’Hélychrise italienne (Immortelle), c’est le top! La menthe peut aussi calmer des maux de tête, elle a également un effet positivant : en cas de coup de pompe inhaler à même le flacon et hop ça repart! Le citron est également efficace en cas d’excès de nourriture ou d’alcool….
      Bises

  3. Il faut bien savoir les utiliser car oui, cela peut-être « dangereux ».
    J’utilise souvent la Niaouli en période hivernale.
    Belle journée

    1. Oui comme je dis toujours naturelles oui mais pas doux ! Le Niaouli au point de vue olfactif va agir aussi l’émotivité, et elle permet un soutien moral également.
      Bonne soirée ! Bises

  4. J’en utilise peu ou pas .
    Je sais qu’il faut être prudent avec ça ce n’est pas anodin .
    Mon mari est médecin et il me met en garde .
    Donc bien savoir ce que l’on utilise .
    Merci Lisa.
    Bises !

    1. Les huiles sont de merveilleux remèdes contre tous les petits « bobos » de la vie courante et spécialement pour la sphère ORL mais effectivement il faut se faire bien conseiller. Merci pour ta visite !
      Bises

Laisser un commentaire